• LA LUMIERE

    LA LUMIERE

    LA LUMIERE

    LA LUMIERE

    " Notre peur la plus profonde

    n'est pas d'être inaptes.

    Notre peur la plus profonde

    est d'avoir un pouvoir incommensurable.

    C'est notre propre lumière,

    non pas notre noirceur,

    qui nous effraie le plus."

    Nous nous demandons :

    - qui suis-je

    pour être

    brillant, formidable, plein de talents, fantastique ?

    En réalité,

    pourquoi ne pourrions-nous pas l'être ?

    Nous sommes enfants de Dieu.

    Nous déprécier ne sert pas le monde.

    Ce n'est pas une attitude éclairée

    de se faire plus petit qu'on est

    pour que les autres

    ne se sentent pas inquiets.

    Nous sommes tous conçus pour briller,

    comme les enfants.

    Nous sommes nés pour manifester

    la Gloire de Dieu qui est en nous.

    Cette gloire n'est pas dans quelques-uns.

    Elle est en NOUS TOUS.

    Et si nous laissons notre lumière briller,

    nous donnons inconsciemment aux autres

    la permission que leur lumière brille.

    Si nous sommes libérés de notre propre peur,

    notre seule présence

    libère automatiquement les autres

    de leur peur.

    Extrait du livre "un retour à l'amour" de Marianne Williamson

    (page 188) publié aux Editions AMRITA,

     

    ****************************

    ****************************

    ****************************

    CONTE DE LA LUMIERE

    LA LUMIERE QUI BRILLE EN CHACUN DE NOUS

    Il était une fois . . .

    Il était une fois Lumière qui,

    de son Cosmos,

    souhaitait que sa clarté grandisse.

    Elle souhaitait même éclairer

    une parcelle de cette planète

    que le monde appelle Gaïa.

    Cette Lumière,

    qui brille depuis la nuit des temps,

    avisa alors un homme de Gaïa,

    susceptible de lui permettre de grandir.

    Puis elle porta son choix sur une femme de Gaïa

    et les fit se rencontrer.

    Fût-ce le coup de foudre

    ou une union passagère ?

    Personne ne le sait.

    Mais une chose est sûre :

    c'était pour Son bien,

    et pour celui

    de l'homme et de la femme de Gaïa.

    Dans le ventre de la femme de Gaïa

    se développa alors

    l'hôte de la Lumière.

    Durant toute cette période,

    Lumière resplendit de Joie,

    et constata combien cette Joie

    était partagée avec

    l'homme et la femme de Gaïa.

    C'était l'Unité,

    c'était l'Amour.

    Plein d'Amour !

    La transcendance de l'Être

    permettait déjà à Lumière

    d'éclairer Gaïa !

    L'Amour rend aveugle,

    dit-on.

    Il n'y avait donc

    plus de Gaïa, ni d'homme, ni de femme.

    Il y avait l'Unité, le Tout,

    et tout était en Amour.

    Un jour, toutefois,

    un événement important

    marqua

    l'hôte de la Lumière.

    En effet,

    cette petite créature

    fut projetée dans le vide.

    Le premier vide ressenti fut alors celui,

    tout naturel,

    de ses poumons.

    Heureusement, l'hôte de la Lumière

    se retrouva dans des mains bienveillantes.

    Mais il ne fallait

    pas tarder à combler ce premier vide.

    Un cri se fit entendre

    et l'air indispensable

    emplit alors les poumons

    de l'hôte de la Lumière.

    Comme il était bienvenu

    cet air qui du vide fait le plein

    et alimente la flamme de la vie

    de l'hôte de la Lumière !

    Cette première expérience,

    qui à terme ne peut être qu'un bienfait,

    ne resta pas sans conséquence

    pour l'hôte de la Lumière.

    Dans un premier temps,

    l'hôte de la Lumière

    a enregistré qu'il a été séparé de sa mère.

    Ce traumatisme laissera donc des traces.

    Dorénavant, il y aura toujours

    lui et sa mère.

    Il a donc passé

    du Un au deux,

    de l'Unité à la dualité.

    Durant toute sa vie,

    il ne cessera

    de chercher à retrouver

    son passé

    et l'Unité qu'il a quittée.

    Dans ce but,

    il imaginera donc

    retourner dans le ventre de sa mère.

    Fusionner avec elle,

    voilà la solution,

    pense-t-il.

    Ainsi,

    avec la naissance

    naît l'illusion.

    Une illusion qui est le fruit

    de la pensée divisée.

    Une illusion que l'hôte de la Lumière

    va entretenir longtemps

    et de mille et une manières.

    Mais en attendant,

    l'hôte de la Lumière

    est adorable.

    On dit même

    qu'on le mangerait !

    Il sourit et répand autour de lui

    la Joie.

    C'est vraiment un ange !

    Cependant,

    l'ange n'est plus au Ciel

    mais sur Gaïa.

    Ainsi donc,

    petit à petit,

    après sa première expérience,

    il en a d'autres.

    Parfois, il a faim,

    mais ce n'est pas l'heure de manger.

    Parfois, il voudrait s'ébattre,

    jouer ou simplement chanter,

    mais c'est l'heure de dormir.

    Ainsi,

    expérience après expérience,

    l'hôte de la Lumière

    devient,

    subtilement,

    égotique.

    Dans son coeur

    rempli de la Lumière,

    il laisse l'ego prendre place.

    Et,

    comme l'ego est ravageur et dément, 

    celui-ci va se développer

    à sa manière

    au fil des nouvelles expériences

    que fera l'hôte de la Lumière.

    Ainsi,

    voyant ses parents,

    rayonnants en habit de fête

    ou renfrognés en tenue de travail,

    l'enfant développera des croyances.

    Puis son sens tactile

    lui fera découvrir

    les risques et le danger.

    Il entendra :

    ne touche pas, ça brûle,

    et il se brûlera.

    L'âge de raison venant,

    voilà que surviennent

    de nouvelles expériences

    dont l'ego se régalera.

    L'hôte de la Lumière

    entend :

    fait ceci,

    ne fais pas cela,

    c'est bien, c'est mal,

    etc.

    Il en entendra,

    il en verra

    et il en sentira

    bien d'autres encore ...

    Ainsi, 

    l'hôte de la Lumière

    met en place

    un système sournois

    de croyances

    et de pensées égotiques.

    Il va commencer à

    ménager la chèvre et le chou

    en oubliant Lumière

    et en s'accommodant de l'ego.

    Dans la fleur de l'âge,

    l'hôte de la Lumière,

    risque même d'oublier

    qu'Elle est présente en lui,

    et se laissera guider

    de plus en plus par l'ego.

    Il donnera aux choses

    une signification

    qu'elles n'ont pas.

    Pour ne citer qu'un exemple :

    le soleil qui se lèverait chaque matin

    alors qu'il ne se couche jamais.

    Il en va de même

    de la perception

    qui n'est qu'un rêve

    illusoire,

    fruit de l'interprétation

    personnelle.

    Ainsi va le monde,

    depuis la nuit des temps

    pré-araméens, égyptiens

    grecs et romains,

    jusqu'à nos jours,

    en passant par le Graal,

    les Aztèques et bien d'autres.

    Tous ont cependant la conviction

    qu'existe

    Un Principe Spirituel.

    Chacun lui donne alors une identité

    à sa convenance,

    et accorde la primauté

    à ce substitut du UN.

    De cette erreur,

    qui est à rectifier,

    naît la culpabilité,

    notamment celle d'usurper

    le pouvoir du Principe Spirituel

    en ne reconnaissant pas

    que nous sommes son Fils

    et tous Frères

    dans la Trinité

    de l'Esprit Saint.

    Ne l'oublions pas !

    ****************************

    ****************************

    ****************************

    ****************************

    LA LUMIERE QUI BRILLE EN CHACUN DE NOUS

    DE LA DUREE DE L ILLUSION

    Il existe un tunnel obscur dans la lumière infinie.

    On le nomme « Temps ».

    Lorsqu'un être humain entre dans ce tunnel,

    on appelle cela « Naître ».

    Lorsqu'un être humain marche dans ce tunnel,

    on appelle cela « Vivre ».

    Lorsqu'un être humain sort de ce tunnel,

    on appelle cela « Mourir ».

    Considérer que vivre se réduit à évoluer dans le tunnel obscur,

    cela s'appelle « Illusion ».

    Percer des trous dans le tunnel obscur,

    cela s'appelle « Science ».

    Savoir que la lumière est autour du tunnel,

    cela s'appelle « Foi ».

    Voir la lumière dans le tunnel obscur,

    cela s'appelle « Amour ».

    Voir la lumière à travers le tunnel obscur,

    cela s'appelle « Sagesse ».

    Éclairer le tunnel obscur de sa propre lumière,

    cela s'appelle « Sainteté ».

    Confondre le tunnel obscur et la lumière,

    cela est au-delà des mots.

    LA LUMIERE

    LA LUMIERE


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :