• LES LAVANDIERES DE LA NUIT

    BARRES DE SEPARATION

    DARK

     

    Les lavandières de la nuit

     

     

     

    Le cœur lourd de péchés, ivre est le passant,

    Qui sous un clair de lune d’été va, errant.

    Envoûté par une mélopée, la nuit du solstice,

    Il va à pas de loup vers la source du maléfice.

     

    Clapotis et chuchotis le mènent au lavoir

    Où de pâles ombres le hantent sans espoir.

    Inlassablement, elles lavent maints linceuls,

    Appelant sans fin à elles, les pauvres hères.

     

    Point de salut pour qui croise leur chemin !

    Et le voici, pauvre badaud, prêtant ses mains ;

    Et le voilà, à genoux aux bord du vieux lavoir,

    lessivant, essorant son suaire sans le savoir.

     

    Alors, tordant en hâte le drap du mauvais côté,

    Il vit un rictus s’animer sur leurs sinistre traits ;

    Malheur à toi mortel ! s’écrièrent-elles s’éclipsant.

     

    La mort lui vint sous les traits de l'ankou grimaçant.

     

     

    DARK 


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :