• LES SIRENES

     

     

    BARRES DE SEPARATION

     

    Les Sirènes

     

    Il est de ces rencontres heureuses ou malheureuses

    Qui vous laisse à jamais de leur charme prisonniers…

    Jadis, voguant de nuit sur une mer des plus furieuses,

    Un navire battant pavillon luttait contre des flots déliés.

     

      

    Après moult manœuvres héroïques et désespérés,

    Les derniers vieux loups de mer sain et sauf, navrés,

    Jetèrent en ces eaux capricieuses leur esquif ballotté

    Les voici livrés aux éléments, pauvres naufragés !

     

      

    Dès les prémices de l’aube, sombra le vaisseau déserté.

    Et le visage fouetté par les embruns, ils dérivèrent, épuisés ;

    Alors, déchirant mille écumes, s’éleva une troublante mélopée.

    Les rescapés, tendirent l’oreille aux aguets, soudain charmés.

     

      

    Non loin de là, parée de rochers, une île fabuleuse

    Dévoila à leurs vues ravies, le plus beau des trésors.

    Ces dames des mers, comme elles sont charmeuses !

    Les voilà  pris dans leur filet, sirènes sans remords !

      

    Gracieuses, les enchanteresses nagèrent vers eux, rieuses

    Et de leurs corps enlacés, naquirent des amours enviés.

    Il est de ces rencontres heureuses ou malheureuses

     Qui vous laisse à jamais de leur charme prisonniers…


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 5 Mars 2011 à 10:44

    Bonjour.


    Je vois que je suis encore tombé dans les oubliettes de ton blog...!


    Bah...je regarde les sirènes.


    Passes un bon samedi.


    a+ Vince.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :